La couverture santé en France des étrangers

Comment accéder au système de santé français

Voulez-vous la bonne ou la mauvaise nouvelle  ? La bonne nouvelle est que la France dispose d'un système de santé réellement superbe, avec un niveau de soin parmi les meilleurs du monde. La mauvaise nouvelle - y accéder ne vous coûtera pas très cher, mais pourra s’avérer très, très compliqué.

Votre accès au système dépendra de plusieurs choses. Par exemple, il dépendra d’une éventuelle résidence en France ; et si vous y résidez, si vous travaillez ou non ; et si vous n'êtes pas résident en France, si vous êtes un citoyen/résident de l'UE ou non.

Vous constaterez également que tandis que le système britannique est un système unique, le service français est beaucoup plus diversifié. Votre médecin peut vous envoyer à l'hôpital, mais votre médecin vous dirigera aussi vers un laboratoire spécialisé pour y effectuer des prises de sang ou des biopsies, et si vous avez besoin d’être vacciné contre la grippe chaque hiver, vous irez chercher le vaccin à la pharmacie et non chez votre généraliste. On vous donnera vos radios et les résultats du scanner en mains propres dans une grande enveloppe et il est de votre responsabilité de les apporter lors de toute consultation ultérieure (il se peut que le spécialiste ait reçu les résultats par courriel, mais vous ne pouvez pas toujours compter dessus).

Pour vous rendre à l'hôpital vous pourrez être pris en charge par les services des sapeurs-pompiers (bien plus que des soldats du feu), les services d'urgence médicale (SAMU) ou encore par une ambulance privée pour la visite de contrôle d’un patient ne pouvant pas se déplacer par ses propres moyens.

Téléchargez notre guide "Comment acheter en France"

Tout ce que vous devez savoir en tant qu'acheteur étranger dans ce guide gratuit.

La vie en France

Si vous êtes résident français vous aurez besoin d'une carte vitale vous permettant d'avoir 70 à 80% de vos frais de santé couverts par l'état (100 % dans certains cas, par exemple pour les affections de longue durée). Elle s’obtient par le biais de votre emploi ou par l'intermédiaire d’un organisme au service des travailleurs indépendants, selon votre activité, et vous payerez des contributions prélevées sur vos revenus. Vous souscrirez probablement également une assurance complémentaire mutuelle pour couvrir le solde de vos frais médicaux. Notez que le remboursement est basé sur une grille de prix standards, de sorte que vous pouvez éventuellement payer plus si vos soins ou les honoraires de votre spécialiste sont particulièrement chers.

Parfois, on doit courir après sa carte vitale. Certaines personnes ont attendu jusqu'à deux ans pour l’obtenir. Comme toujours avec la bureaucratie française, personne ne sait pourquoi !

Si vous êtes à la retraite, les choses sont quelque peu différentes. Les britanniques peuvent demander un formulaire S1 (ces dispositions devraient continuer après le Brexit, bien que cela ne puisse pas être garanti) et les autres citoyens de l'UE ont les mêmes droits d’accès aux soins de santé. Les non-citoyens de l'UE ou ceux qui ont pris une retraite anticipée devront payer leur propre assurance maladie.

Trouvez votre maison en France

Les non-résidents

Si vous avez une résidence secondaire en France mais ne vivez pas dans le pays en permanence, vous aurez besoin soit d'une Carte européenne d'assurance maladie (qui pourrait toujours être valable pour les citoyens britanniques après le Brexit ou peut-être pas) ou d’une assurance-maladie privée complète.

Notez que l’idée derrière la CEAM est de vous mettre sur le même pied qu'un résident français, elle ne couvrira donc que 80 % de vos dépenses. Vous pourrez souscrire une assurance voyage pour couvrir le restant des dépenses car un séjour de 10 jours à l'hôpital peut coûter 1 500 euros environ pour les 20 % qui restent à charge.

Une visite chez le médecin ne vous coûtera que 25 euros. Ce sont les autres actes qui s'y ajoutent - rappelez-vous que les médecins français ont tendance à prescrire tout ce dont ils pensent que vous aurez besoin, y compris les analgésiques, beaucoup d’analyses ainsi que des vitamines, de sorte que vous pouvez finir par payer cher un sachet d'ibuprofène qui vous aurait couté 25p chez Tesco !

Standards

Une fois que vous êtes dans le système, vous verrez qu'il est délivré avec un certain panache. Par exemple, les hôpitaux n'ont pas de salles à plusieurs lits - les chambres sont en occupation double ou simple (en cas de maladies infectieuses, ou si vous souhaitez payer un peu plus).

Les examens seront conduits sans considération de coût jusqu'à ce que votre médecin soit sûr du diagnostic, et si vous avez une affection de longue durée, vous trouverez que de nombreux tests seront effectués au moins une fois par an pour suivre l’évolution de la maladie et pour noter rapidement tout effet secondaire des médicaments.

Le personnel soignant en France surveille aussi très bien la douleur - elle n'est pas considérée comme un moyen de forger le caractère.

Côté négatif, le système semble parfois plus intéressé par votre maladie que par vous-même. Par exemple, la grossesse en France est beaucoup plus contrôlée médicalement qu’au Royaume-Uni et le choix d’un accouchement non-conventionnel peut être très difficile à porter. (Le côté positif ? Les jeunes mères françaises ont droit à des séances de rééducation du périnée et, si nécessaire, à des aides médicales afin de remettre leurs parties féminines en état).

En définitive, vous bénéficierez d’un excellent niveau de soins, et vous aurez également le droit de choisir de manière éclairée votre traitement et vos spécialistes.