L'achat d'une maison en France - Un exemple

Jim et Kate veulent acheter une maison de vacances en France. Mais la France est un grand pays, c’est pourquoi ils ont du pain sur la planche afin d’affiner leurs recherches.

Jim veut des étés lumineux et sans pluie, beaucoup de chemins de randonnée et des bois à proximité, car ils sont tous deux des randonneurs chevronnés, ainsi qu’une grande ville à courte distance en voiture - même si le couple désire acheter dans un village ou une petite ville.

Kate est plus pratique. Elle veut acheter dans une zone où le prix des biens est relativement peu cher - ce qui élimine la Provence - mais où il y a un bon potentiel touristique afin qu'ils puissent louer la maison en saison pour aider à payer les factures.

Ils commencent par étudier deux cartes - une carte des prix des biens immobiliers en France sur le site web des Notaires de France, et une carte de l’ensoleillement annuel sur Météo France. Ils notent que Limoges est la moins chère des villes indiquées, et c'est juste à l'endroit où l'orange sur la carte de la météo commence à devenir plus rouge, tendant plus vers le soleil.

Kate commence à chercher des maisons autour de Limoges sur les sites internet d’agents immobiliers. Cependant, Jim emprunte des livres sur la région à la bibliothèque, afin qu'ils puissent passer le week-end à regarder des photos de la région et peut-être restreindre leur zone de recherche encore plus. Kate tombe tout de suite amoureuse des photos du Plateau de Millevaches et de ses villages de granit, mais elle note qu'un grand nombre des maisons à vendre nécessite des rénovations ; ils ne veulent pas vraiment s'impliquer dans un grand projet de ce type. Toutefois, la bonne nouvelle est que tous les biens qu'ils regardent sont très abordables. Kate étudie les locations de vacances dans la région et fait quelques calculs afin de voir combien ils pourraient espérer gagner en louant la maison pendant deux mois chaque année.

Téléchargez notre guide "Comment acheter en France"

Tout ce que vous devez savoir en tant qu'acheteur étranger dans ce guide gratuit.

Le processus de recherche d'une maison

À ce stade, ils sont prêts à se rendre en France afin de visiter quelques biens en compagnie d’un agent. Il y a quelques agents qui parlent anglais localement, alors ils décident de contacter celui qui a plusieurs biens en vente dans la région.

L'agent leur demande s'ils ont réfléchi à la surface souhaitée et dans quelle mesure ils veulent un jardin - ils ne l'ont pas fait. Cependant Jim souligne qu’étant donné qu’ils travaillent tous les deux, ils ne seront pas sur place tout l'été, de sorte que la facilité d'entretien pourrait entrer en jeu si le jardin est trop grand. Ils précisent qu'ils aimeraient trouver une maison qui fera une bonne location de vacances. On leur demande également s'ils acceptent de visiter des biens un peu en dehors de leur zone de recherche.

Ils décident de prendre quatre jours pour se donner suffisamment de temps pour explorer la région et s’assurer qu’elle leur convient, ainsi que pour faire les visites tranquillement. Kate emmène sa tablette afin de pouvoir prendre des photos et des notes pendant les visites. La visite de trois maisons par jour s'avère plus que suffisante dans la lointaine campagne !

Deux des maisons qu'ils visitent sont trop proches d’une route principale, et l’autre est dans un village plutôt miteux. Mais le troisième jour, ils visitent un bien très prometteur aux abords de la place principale d’un petit village très convivial. Il a besoin d’un rafraîchissement mais il est sinon plutôt moderne. Ils leur reste un jour pour visiter d’autres maisons, mais Jim dit immédiatement, "Nous pourrions bien faire une offre sur celle-ci".

Sur le champ, ils proposent 10 % en dessous du prix demandé, et leur offre est acceptée. Maintenant la paperasse commence. Tout d'abord ils reçoivent un résumé de l'agent avec le compromis de vente, qu’ils doivent signer et renvoyer. À partir de ce moment-là, ils peuvent toujours changer d’avis sans autre obligation pendant dix jours. Ils versent à ce stade un acompte de 10 %.

Kate a fait ses devoirs de finances et elle ajoute une clause suspensive qui fait que la vente ne peut aboutir qu’à condition qu'ils obtiennent les fonds dont ils ont besoin. Ils ont également ajouté une clause exigeant que la maison subisse une étude structurelle - c'est inhabituel en France, mais compte tenu que la maison à deux cents ans, ils sont soucieux d'être assurés qu'elle restera debout pendant encore un siècle ou deux ! Ils mandatent un expert qualifié RICS qui habite en France, même si ils pourraient également faire appel à un architecte ou un ingénieur français, mais ils sont habitués aux études britanniques.

Ils ont une copie du diagnostic de leur maison, qui montre qu'il n'y a pas d'amiante, bien qu'il existe une peinture à base de plomb sur les cadres des fenêtres - mais l’installation électrique est à jour et la fosse septique est conforme au règlement, de sorte qu'ils n’auront pas besoin de dépenser de l'argent sur ces bases. Ce n'est pas une enquête structurelle complète, voilà pourquoi ils ont inséré la clause suspensive additionnelle, faisant appel à un entrepreneur local. Heureusement, la maison passe le test avec brio - pas de xylophages, pas d'affaissement et pas de problèmes.

Trouvez votre maison en France

Kate et Jim possèdent déjà une maison à Birmingham pour laquelle ils remboursent un emprunt immobilier. Ils pourraient acheter la maison en France comptant, mais cela les laisserait sans beaucoup de fonds en cas de coup dur et comme Kate le fait remarquer, ce ne serait pas efficace du point de vue des impôts s'ils ont des revenus locatifs. Ils pourraient hypothéquer leur maison en Angleterre, mais cela mettrait leur maison en péril : s'ils obtiennent un prêt en France, la garantie s’appliquera sur le bien en France. Ils ont également un bon taux fixe sur leur maison, donc ils ne veulent pas renégocier le financement à un taux moins attractif.

Ils optent pour un prêt immobilier français et décident d'utiliser un courtier afin de trouver la meilleure affaire. Le courtier les avertit qu'ils n’obtiendront qu’une promesse et non une offre complète jusqu'à ce qu'ils aient déjà acheté le bien - la banque libérerai l'offre dès lors qu'elle voit l'acte de vente signé. Ils sont contents de découvrir que le taux d’intérêt pour un prêt immobilier est bien plus bas en France qu’au Royaume-Uni, et que le taux est fixe pendant 25 ans. Mais toutes les banques françaises ne sont pas disposées à prêter sur un si petit montant, de sorte que le courtier doit faire pas mal de recherches.

À ce stade, ils sont très heureux d’avoir fait deux choses correctement. Premièrement, ils sont heureux que l'agent leur a mis en garde sur les frais que l'achat impliqueraient ; ils voient que ce qu'ils croyaient être une maison à 40 000 EUR sera en réalité une maison à plus de 46 000 EUR une fois qu'ils auront payé le notaire et les frais d'emprunt. Ils sont également très heureux d’avoir préparé une liasse de photocopies de leurs passeports, certificats de naissance, bulletins de paie et justificatifs de domicile, car on les leurs demande sans arrêt. – C'est la France", l’agent leur dit "La paperasse !"


Quatre mois plus tard, ils sont convoqués à la signature de l’acte de vente chez le notaire. Juste avant de signer, à leur grande surprise, ils sont invités à visiter la maison à nouveau avec le vendeur pour vérifier que tout est en place et que la maison est dans l'état auquel ils s’attendent. Ce ne serait pas la première fois qu'un vendeur décide d’embarquer la cuisine intégrée en partant ! Il n'y a rien de fâcheux, heureusement, alors ils retournent aux bureaux du notaire, où l'ensemble du contrat est lu par le notaire avant qu’ils signent chacune des quarante-deux pages du contrat.

Ils repartent avec les clés de leur nouvelle maison de vacances en France et l'attestation de propriété qui sera bien utile lors de leurs interactions avec l'administration française et pour la prochaine étape - l'ouverture d'un compte bancaire français !